La Tiny House séduit les nomades par sa mobilité, les écologistes par le retour à la simplicité et par les systèmes alternatifs dont elle peut se doter… Mais cette micro maison sur roues présente aussi des inconvénients qui peuvent en freiner certains : systèmes législatif et administratif contraignants, étroitesse des lieux… Alors, cette solution de vie nano est-elle faite pour vous ?

Oui : La Tiny, c’est le vent de la liberté !

À l’instar d’une roulotte, ce modèle de micro logement présente comme indéniable avantage la particularité d’être mobile. Ses roues lui offrent la possibilité d’être transportée et ses dimensions lui permettent de se situer en dessous des « mensurations » des convois exceptionnels. Entre 8 et 20 m², la micro maison peut être posée sur de nombreux terrains… Pourquoi ne pas louer un terrain non constructible en bord de mer ?

Non : On ne peut pas garer sa Tiny n’importe où !

Le stationnement peut être très complexe. La loi n’autorise pas ces maisons alternatives à se garer n’importe où. Bon nombre de parkings sont équipés de portiques de sécurité. Il y a également interdiction de stationner dans les zones agricoles A « strictes », dans les zones naturelles N protégés par des PLU, dans les endroits où le camping pratiqué isolément est interdit, dans les forêts classées au titre Ier du livre du Code forestier, etc.

Oui : Vivons l’autosuffisance en Tiny !

Vivre en Tiny House, c’est profiter d’un mode de vie venu d’outre-Atlantique. La maison alternative vous fait vivre avec peu, mais, surtout, avec le nécessaire. Un retour aux sources vous attire ? Partez vivre en Tiny. Un mode de vie en meilleur rapport avec la nature vous séduit ? Vivez l’autosuffisance en Tiny, qui peut être équipée de panneaux solaires, de récupérateurs d’eau de pluie, d’un toit végétal, etc. C’est donc un mode de vie résolument écologique.

Non : Pas d’adresse administrative officielle, mais une taxe quand même !

Une Tiny House n’a pas de reconnaissance officielle en tant que résidence - d’ailleurs, les tinyistes font face à un véritable vide juridique… Il est ainsi difficile d’obtenir une adresse administrative pour ce type de logement. Il ne s’agit pas d’un bien foncier, mais il existe toutefois une taxe : les tinyistes sont soumis à la taxe annuelle sur les résidences mobiles terrestres, comme le sont les caravanes et les camping-cars.

Oui : La Tiny n’est pas forcément une résidence principale !

Cette micro maison peut être, selon les moyens, un lieu d’habitation secondaire. Et alors, il suffit de la déplacer selon les envies pour passer quelques semaines de vacances un peu partout où vous le souhaitez. À l’heure où le télétravail se développe et où le mode de vie « nomade digital » prend de l’importance, la Tiny peut prendre tout son sens. Pour les freelances vivant à la campagne et ayant du mal à travailler de chez eux, pourquoi ne pas installer le bureau dans une mini maison mobile à quelques pas de la maison par exemple ?

Non : Il ne faut pas être claustrophobe !

On peut vivre jusqu’à deux personnes dans une micro maison de ce type, mais lorsque la famille s’agrandit, le manque de place peut se faire sentir. Le peu d’espace peut certes être vu comme quelque chose de positif, si l’on cherche à vivre dans un cocon, mais il peut aussi vite devenir étouffant. Il faut prendre du recul par rapport aux images idylliques de cocon douillet, et penser à des situations potentiellement désagréables comme une dispute dans un 8m² avec une pluie torrentielle au dehors… Oppressant.

En somme, cette « solution nano » présente des avantages et des inconvénients, mais tout dépendra de la façon dont vous les percevrez. Et il en existe bien d’autres. Partagez-nous vos avis sur la vie en Tiny House et poursuivons le débat dans les commentaires !

Pour aller plus loin :

https://www.build-green.fr/produit/stationnement-de-caravanes-ou-residences-mobiles/

http://www.entinysimone.bzh/cest-quoi-une-tiny/

https://www.build-green.fr/produit/dossier-tiny-house-mairie/

Découvrez aussi...