En France, les espaces naturels situés sur les côtes méditerranéennes ou en Corse attirent des millions de visiteurs chaque année. Ce tourisme de masse a des effets positifs sur l’économie des régions concernées, à la fois sur le PIB et sur la création d’emploi. Par ailleurs, l’impact de toute cette présence humaine sur l’environnement est considérablement néfaste. Presque tout le monde, surtout les professionnels de l’environnement, pense que le tourisme de masse contribue à la dégradation des espaces naturels. Ainsi, l’équation entre préservation des espaces naturels et tourisme de masse n’est pas aussi facile à résoudre. 

C’est complexe, mais pas impossible

L’une des solutions envisageables est le développement de la viabilité économique des espaces naturels. C’est ici qu’intervient la notion de « tourisme d’aventure » de masse. Il s’agit, comme cela se fait au Costa Rica, de permettre à de nombreux visiteurs d’accéder à certains espaces naturels et de leur donner le plus de liberté possible. Tout en étant conscient des conséquences que cela engendrera sur l’environnement. Par ailleurs, une grande partie du patrimoine naturel du pays est strictement protégée, notamment le littoral et toute sa biodiversité. Ainsi, de grands espaces avec une grande richesse naturelle sont rendus totalement inaccessibles pour toute intrusion humaine. Néanmoins, cette première solution semble moins enthousiasmant à long terme. En effet, lorsque le potentiel écologique d’une zone sera épuisé, il faudra ouvrir un nouvel espace pour accueillir les visiteurs.

Les alternatives pour développer le tourisme sans impact sur l’environnement

Il existe également d’autres alternatives tout à fait crédibles pour élargir le concept d’« écotourisme de masse ». Par exemple, le tourisme communautaire rural et vert est intéressant à la fois pour l’expérience du visiteur et pour la préservation de la nature. Par ailleurs, ce type particulier de tourisme éco se heurte à la réticence des visiteurs. En effet, beaucoup sont encore réticents à séjourner en milieu rural avec les restrictions en matière de confort que cela comporte.

Le tourisme dit « propre » est aussi louable. Il s’agit de séjourner en plein milieu de la nature dans des installations « haut de gamme ». Les inconvénients de ce type de tourisme sont nombreux, bien qu’il peut devenir tout à fait rentable en ciblant une clientèle assez fortunée. L’accès à ce type de service est encore très cher et ne peut pas, pour l’instant, prétendre à entrer dans la catégorie du « tourisme de masse ». De plus, son impact sur le développement local est moindre. 

Il est clair que, jusqu’à présent, personne ne peut prétendre détenir la solution miracle à cette problématique. Dans tous les cas, il faut privilégier un modèle de tourisme de « proximité ». Bien évidemment, il faudra aussi un changement de mentalité. Êtes-vous prêt pour ce changement ? 

Pour aller plus loin :

https://www.la-croix.com/Journal/Tourisme-masse-quelles-solutions-2017-08-07-1100868061

https://www.tourmag.com/Mediterranee-tourisme-de-masse-et-protection-de-l-environnement-sont-ils-conciliables_a84745.html

Découvrez aussi...

Tourisme, nature, préservation, économie.