Le télétravail, ou travail à distance, est un mode de travail émergent. Le développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) et la création de lois spécifiques ont permis de développer cette nouvelle forme de travail. Selon une enquête réalisée en novembre 2017 par l’IFOP1 pour Malakoff Mederic, 25% des salariés pratiquent ainsi le télétravail. La tendance est-elle positive pour le monde du travail en général ? L’est-elle également pour la vie psychique du travailleur ? Nous lançons le débat !

OUI : Le télétravail fait réaliser des économies !

Le pouvoir d’achat des ménages pourrait être décuplé avec l’économie de 247 millions d’heures dans les transports. Travailler de chez soi deux jours par semaine permet ainsi d’économiser en moyenne 300 euros chaque année. À plus grande échelle, le rapport Cebr pour Citrix de décembre 2014² relève que la généralisation du travail flexible pourrait faire gagner à l’économie française 9,8 milliards d’euros par an, soit 0,5 du produit intérieur brut.

NON : Le télétravail isole !

Selon une enquête du Credoc de 2016, il y a de plus en plus de personnes seules en France3. L’étude relève en outre que les vies professionnelle et associative représentent les réseaux les moins développés. Le télétravail accompagne sans conteste ce mouvement. Il impact aussi l’esprit d’équipe et la force que cette dernière peut fournir : soutiens moraux, soutiens techniques, brainstorming, flexibilité dans les échanges professionnels…

OUI : Le télétravail permet de mieux gérer sa vie !

Gagner du temps sur les transports et en concentration, c’est achever plus vite son travail et profiter de sa famille ou de ses amis. D’après le rapport Cebr pour Citrix de décembre 20144, le travail flexible (qui comprend le télétravail, la mise en place d’horaires plus souples, etc.) donne aux travailleurs l’occasion de travailler à leur propre rythme, pour 83% d’entre eux. 81% des télétravailleurs déclarent organiser leur journée autour d’autres engagements et le même nombre assure un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle. D’ailleurs, le travail à distance permettrait de réduire le taux de divorce!5

NON : La culture d’entreprise prend un coup !

L’entreprise perd un certain contrôle et une visibilité sur le travail du salarié. En parlant de visibilité, la confiance doit même être aveugle, car il y a très peu de moyens pour les dirigeants ou les managers de vérifier que l’employé effectue correctement son travail. Autre inconvénient dans la relation avec l’entreprise : l’intégration de la culture de l’entreprise pour le salarié travaillant en dehors des bureaux. L’engagement du télétravailleur peut être moins fort vis-à-vis de son entreprise que s’il y travaillait physiquement.

OUI : De récentes lois encadrent le télétravail !

Le télétravail est soutenu par les grandes instances. Il a été organisé légalement par un premier accord national interprofessionnel le 19 juillet 20056, qui a été partiellement repris par le Code du travail le 22 mars 20127. Les récentes ordonnances du Code du travail stipulent que le télétravail dans une entreprise doit être défini dans le cadre d'un accord collectif négocié avec les syndicats ou d’une charte propre.

Le travail à domicile est donc bon pour l’employé, pourvu que celui-ci sache maintenir une autodiscipline et qu’il ne « rompe » pas le contact avec ses collègues de bureau. Certains salariés visent le juste milieu en ne télétravaillant que quelques heures ou jours par semaine ou en intégrant des espaces de coworking pour y retrouver d’autres professionnels dans des lieux alors plus près de leur domicile.

Et vous, seriez-vous tenté par le télétravail ? Avez-vous déjà eu une expérience en la matière ?

Découvrez aussi...