La qualité de l’air est une préoccupation majeure, car de cette qualité dépend la bonne santé de la population. Un air pollué et chargé en particules néfastes, s’agissant notamment de l’air extérieur, ne contribue pas aux objectifs sanitaires fixés par les autorités, d’où la mise en place de directives réglementaires. Cependant, la pollution ne concerne pas que l’air extérieur, contrairement à ce que l’on pourrait penser. L’air à l’intérieur d’une maison est même encore plus pollué si on ne respecte pas certaines règles. Pourtant, la maison est le lieu où l’on passe la plus grande partie de notre temps, et des groupes d’individus sont encore plus sensibles que d’autres aux particules qui dégradent la qualité de l’air que nous respirons. Dans certains établissements recevant du public, la loi impose d’effectuer un contrôle de la qualité de l’air, mais cette nécessité s’avère tout aussi valable dans chaque logement.

Pourquoi la qualité de l’air intérieur est souvent réputée mauvaise ?

De nombreux polluants sont présents dans l’air respiré dans la maison, allant des composés organiques volatils aux acariens, en passant par les molécules de métaux lourds et les poussières nocives. Les polluants extérieurs, comme les gaz d’échappement, détériorent encore plus sa qualité. C’est pour cette raison qu’il est toujours conseillé d’aérer les pièces au moins 10 minutes par jour, et d’effectuer un contrôle régulier de la qualité de l’air.

Comment tester la qualité de l’air intérieur ?

Il existe des kits de contrôle de la qualité de l’air intérieur, composés d’appareils spéciaux qui mesurent en temps réel les taux de polluants, ou effectuent des prélèvements qui devront ensuite être envoyés à des laboratoires spécialisés.

Des prestations portant sur la mesure de la qualité de l’air sont aussi proposées par certaines entités. Celles-ci font des prélèvements à domicile avant de faire des analyses. Les résultats sont ensuite transmis aux occupants de la maison.

Le calculateur de pollution constitue une autre méthode pour évaluer la qualité de l’air à l’intérieur de la maison. Il consiste en un questionnaire dont les résultats permettront de calculer le niveau de pollution intérieure.

Avant tout, penser à prévenir la pollution à l’intérieur du logement

En adoptant la bonne démarche, on peut améliorer la qualité de l’air intérieur. Cela consiste à respecter plusieurs règles : aération adéquate (au moins 10 minutes par jour) de chaque pièce, vérification de l’état du système d’aération, déceler et éliminer toute moisissure… Certains produits apportent par ailleurs des éléments polluants à la maison, d’où la nécessité de bien lire les étiquettes, en particulier lors de l’achat de matériaux pour travaux d’entretien tels que la peinture, les diluants...

Contrôle de l’air extérieur : des mesures ont été prises

Portant atteinte aussi bien aux hommes qu’à l’environnement, la pollution de l’air extérieur nécessite l’adoption de différentes mesures pour limiter ses impacts, en commençant par la surveillance de la concentration dans l’air des différents polluants. L’air extérieur est chargé en particules de toutes sortes, classées en deux catégories de polluants : les polluants « primaires » et les polluants « secondaires ». Les polluants primaires sont directement produits par les activités humaines, les transports, etc. Il s’agit entre autres, du monoxyde de carbone, des métaux lourds, ou du dioxyde de soufre. Ceux de la deuxième catégorie sont issus de procédés physico-chimiques de transformation de certains gaz et particules atmosphériques.

Les institutions étatiques comme le ministère de l’Environnement ou celui de la Santé ont émis des recommandations pour le contrôle de la qualité de l’air ambiant en fixant des taux à ne pas dépasser. Elles ont mené à la mise en place de stations de contrôle de la qualité de l’air dans les villes de plus de 100 000 habitants, qui sont gérées par l’AASQA ou Association Agréée de Surveillance de la Qualité de l’Air au niveau régional, et par le LCSQA ou Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air au niveau national. Cependant, les responsables reconnaissent les difficultés à obtenir des mesures précises, certaines particules pouvant interférer sur la mesure d’autres particules, conduisant à des valeurs non fiables. Quoi qu’il en soit, les recherches continuent pour améliorer ces mesures, afin notamment d’obtenir des valeurs fiables pour chaque polluant surveillé.

Viser à améliorer la qualité de l’air intérieur revient à préserver le bien-être de chacun, et cela passe d’abord par des mesures préalables. L’analyse de la qualité de l’air est désormais à portée de tous, parce que nous avons tous le droit de respirer de l’air dépourvu de polluants. Grâce aux différentes méthodes actuelles, et hormis les organismes spécialisés, on peut vérifier soi-même la qualité de l’air que l’on respire. Et vous, ne désirez-vous pas prendre un bon bol d’air frais à chaque respiration ?

Pour aller plus loin :

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/s/pollution-lair-exterieur.html

https://www.encyclopedie-environnement.org/air/pollution-air-exterieur-informer-prevenir/

https://www.anses.fr/fr/content/qualit%C3%A9-de-l%E2%80%99air-ext%C3%A9rieur

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/pollution-surveillee-qualite-air-exterieur-345/

http://www.projet-muse.com/connaitre-comprendre/qualite-de-l-air-exterieur.html

http://www.tsi.com/instruments-de-mesure-et-d-analyse-de-la-qualit%C3%A9-de-l-air-int%C3%A9rieur/

http://www.lilavie.fr/l-info-c-est-clair/toutes-les-fiches/la-pollution-de-l-air/43-le-controle-de-la-qualite-de-l-air

https://www.actu-environnement.com/ae/pdt/batiments-erp-controle-air-interieur-ecomesure-414.php4

Découvrez aussi...