Louisa, de la Conciergerie-Labo de Quartier de Nantes : « Ma mission consiste à créer du lien entre les gens »

08/12/2017

Pensée depuis 2013, testée depuis 2015, la Conciergerie-Labo de Quartier a rapidement su se rendre indispensable. Situé sur l’île de Nantes, ce lieu de rencontre, d’échange et de découverte replace l’humain au cœur de l’habitat. Rencontre avec Louisa Manceau de l’association îlink qui est en charge de son animation.

Par Xavier Beaunieux

> Louisa, vous gérez la Conciergerie-Labo de Quartier » à Nantes. En quoi consiste votre travail ?
Ma mission consiste d’une part à sélectionner les services qui seront proposés dans la version définitive du projet îlink. D’autre part, à identifier nos futurs partenaires locaux. Enfin, j’anime la Conciergerie–Labo de Quartier, notamment en organisant des événements festifs.

> Vous êtes un véritable couteau suisse !
C’est justement ça qui me plaît dans mon travail. Toute cette partie

recherche, réflexion et mise en place. Rien n’est fixe. Tout est toujours en mouvement. On tente. On teste. On s’adapte en permanence. Depuis l’ouverture de la Conciergerie en juin 2016, tous les services qui sont venus s’ajouter à notre programmation hebdomadaire ont été testés. Et ils évoluent constamment. Un autre aspect très important de mes attributions consiste à créer du lien entre les gens. Les permanences que j’assure du lundi au vendredi me permettent d’être régulièrement au contact des habitants mais aussi des salariés du quartier, des bénévoles et des riverains. Ils sont tous des acteurs de la vie du quartier. Et moi, je fais l’interface entre toutes ces personnes.

> Peut-on dire de vous que êtes une sorte de mix entre un gardien d’immeuble, un concierge d’hôtel, un Community Manager et un chef de village, façon Club Med ?
Disons que je suis un peu de tout ça à la fois. Il est clair que la profession de « concierge-animateur » n’a plus grand chose à voir avec celle de concierge au sens traditionnel. Son rôle s’étend bien au-delà de la simple distribution du courrier et de l’entretien des parties communes. L’animation et la dimension sociale ont pris énormément d’importance. Le rôle du « concierge animateur » pourrait donc s’apparenter, par certains aspects, à celui d’un Community Manager… Mais dans la vraie vie. Avec de vraies personnes.

« Le ‘concierge-animateur’ crée les conditions d’un ‘’mieux-vivre’’ ensemble »

> Quelles sont les qualités requises pour être un bon « concierge animateur » ?
Par expérience, je dirais qu’il faut savoir faire preuve d’une grande capacité d’écoute. Dialoguer avec les gens permet de connaître leurs besoins, leurs envies. Voire de les anticiper. Une bonne dose d’inventivité et de réactivité est aussi la bienvenue. Être multitâches est également un atout. En effet, un « concierge animateur » doit être capable non seulement de s’adapter à la situation mais aussi de faire plusieurs choses en même temps sans se laisser déborder : programmer une animation, résoudre le problème d’un habitant, s’occuper du service de pressing…

> Elle ressemble à quoi, votre journée « type » ?
La Conciergerie-Labo de Quartier est ouverte du lundi au vendredi de 10 heures à 18 heures. Le matin, j’arrive un peu avant l’ouverture pour installer les tables à l’extérieur, mettre en place le programme de la journée, répondre aux mails. Tout au long de la journée, j’anime la communauté Facebook, je planifie les événements, je rencontre des partenaires locaux, je communique autour de la Conciergerie (flyers, signalétique…), j’accueille les visiteurs et je gère les dépôts/retraits des services de proximité (relais-poste, pressing, etc.).

« Le retour est immédiat. C’est très gratifiant »

> Qu’est-ce que vous préférez dans votre travail ?
Personnellement, j’apprécie de pouvoir réfléchir à des animations. Et à la façon dont elles pourraient s’intégrer dans la programmation de la Conciergerie. Qu’il s’agisse de mettre en place un atelier « couture » ou « calligraphie ». De faire venir un food truck le midi. Ou encore d’organiser la distribution de paniers de légumes bio. J’apprécie aussi beaucoup les rapports humains et le relationnel que me procure mon métier : créer les conditions d’un « mieux-vivre », rencontrer des gens, améliorer leur quotidien. Le retour est immédiat. C’est très gratifiant.

> De quelle activité retirez-vous le plus de fierté ?
Chacune d’elles me rend fière. Parmi tous nos services, je dirais que c’est probablement la distribution de paniers de légumes qui rencontre le plus de succès. Je sais aussi que le food truck cartonne auprès des salariés du quartier. Nous avons également de très bons retours de la part des habitants sur le composteur collectif. C’était un réel besoin et nous l’avons satisfait.

> Quels services proposez-vous ?
Nos services sont aussi nombreux que variés : restauration le midi, services de proximité (relais poste, pressing, retouche de vêtements…), cours de yoga, distribution de paniers de légumes bio, achats groupés, ateliers « couture », service « bien-être » dans le cadre duquel, une fois par mois, nous faisons venir une coiffeuse et un masseur, rendez-vous festifs hebdomadaires… Chaque semaine, on ouvre le bar associatif pour y proposer des rendez-vous thématiques : ciné, concert, coup de projecteur sur une association locale…

« Un lieu de rencontre atypique et aux multiples visages »

> Comment décidez-vous des activités qui seront proposées ?
Le choix de telle ou telle prestation se fait toujours en concertation avec les usagers. Alors que nous envisagions de proposer des cours de Pilates, je me suis aperçue, en échangeant avec les usagers, que c’était plutôt de cours de yoga dont ils avaient envie. En leur demandant régulièrement de nous faire part de leurs commentaires sur telle ou telle prestation, nous pouvons corriger le tir si besoin est. Et améliorer constamment la qualité de nos services. La Conciergerie-Labo de Quartier a une dimension expérimentale : on tente des choses, on expérimente, on s’adapte, on apprend.

> Selon vous, qu’est-ce qui fait la spécificité de la Conciergerie-Labo de Quartier de Nantes ?

Sa touche personnelle ? Je dirais sa dimension humaine. Et aussi le fait qu’il s’agit d’un lieu de rencontre atypique et aux multiples visages. Tour à tour épicerie quand on y propose des paniers de légumes, musée lorsqu’il abrite une expo, cinéma si un film y est projeté, bibliothèque collaborative, jardin collectif… La Conciergerie-Labo de Quartier, c’est un peu tout ça à la fois.

« Mettre en avant les initiatives locales, c’est important »

> Un mot sur la relation que vous entretenez avec les producteurs et artisans locaux ?

À la Conciergerie, nous privilégions l’économie locale et les « circuits courts ». Voire très courts même. Les brioches et la pâte à tartiner que nous proposons sont, par exemple, fabriquées par une habitante du quartier. Mettre en avant les initiatives locales, c’est très important à nos yeux.

> Une anecdote sur la Conciergerie ?
Un jour, un couple de touristes étrangers qui avaient poussé la porte de la Conciergerie m’a dit : « Qu’est-ce qu’on se sent bien chez vous. Ça donne envie de rester ! ». C’est le plus beau des compliments qu’on puisse me faire.


Louisa Manceau est chargée de mission auprès de la Conciergerie-Labo de Quartier (îlink association). Actuellement située au 1, Mail du Front Populaire, Nantes 44 000, la Conciergerie déménagera en juin 2018 pour s’installer dans ses nouveaux locaux. En plein cœur du projet îlink.

Web : ilink-asso.fr

Qu’en pensez-vous ?

Vous devez être connecté pour accéder à ce formulaire.