Alors que l’industrie automobile représente 13 % du PIB national (1), l’Allemagne peut-elle convaincre les usagers de troquer leurs voitures contre des vélos ? C’est le pari lancé par Berlin, qui envisage la construction d’autoroutes réservées aux cyclistes. Ou comment faire du vélo en ville une nouvelle philosophie.

En matière de vélo en ville, Berlin met la pédale dure !

Le vélo en ville, c’est bien. Mais pas s’il faut zigzaguer entre les voitures et risquer sa vie à chaque croisement ! Dans un pays dominé par l’automobile, classé 36e sur 40 au classement des grandes agglomérations favorables aux cyclistes, promouvoir le vélo en milieu urbain est aussi aisé que de grimper un col hors catégorie pendant le Tour de France.

Le projet de la capitale allemande est donc ambitieux. Son plan vise à établir 12 voies rapides pour cyclistes en privatisant des artères trustées par les véhicules à moteur. De véritables autoroutes dotées de pistes de 4 mètres de large (le double des voies habituelles), complètement séparées des voitures. À terme, ce sont 100 km de voies qui sont planifiés, notamment pour circuler entre le centre-ville et les banlieues proches. Pour faciliter l’accès des cyclistes aux transports en commun, la ville prévoit également d’installer 50 000 porte-vélos près des stations de métro et des arrêts de bus.

Issu de référendums citoyens organisés autour du vélo en ville, ce plan ambitionne de donner toute sa place à la bicyclette urbaine. Une sorte de voie royale vers la transition douce, sans virages ni péages !

L’Allemagne, future princesse de la petite reine ?

Le projet berlinois n’est pas une nouveauté. Fin 2015, la première voie rapide cyclable (Radschnellweg en allemand) voyait le jour entre Mülheim an der Ruhr et Essen, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Large de 4 mètres, entièrement séparée des véhicules motorisés, équipée d’infrastructures permettant d’éviter les intersections (via des tunnels et des ponts), cette autoroute cyclable est prévue pour s’étendre sur 100 km et relier une dizaine de villes. Ce projet fait écho à ceux qui, depuis des années, sont développés au Danemark et en Hollande – Copenhague et Amsterdam étant considérées comme les villes les plus « vélo friendly » d’Europe. Ces initiatives pourraient faire des agglomérations allemandes les futures championnes du vélo en ville.

La marche forcée du vélo urbain ne plaît pas à tout le monde, mais ses bénéfices sur la santé et sur l’environnement sont indéniables. En outre, tout est question d’habitude : les Berlinois se feront aux voies rapides cyclistes comme ils se sont adaptés aux voies de bus. Et il ne sera plus question, ensuite, de pédaler en arrière !

Pour aller plus loin : 

L’autoroute cyclable de la Ruhr 
Les voies rapides pour vélos conquièrent l’Europe 
Les villes « vélo friendly »

(1) http://www.lemonde.fr/automobile/article/2017/09/11/ce-que-represente-l-industrie-automobile-en-allemagne-en-dix-chiffres_5184129_1654940.html

Découvrez aussi...
Innovons : la Qommunauté