Demain, nous roulerons dans des voitures Tesla suréquipées en électronique. Après-demain, ce sont des véhicules autonomes ne nécessitant aucune intervention humaine qui nous transporteront. Mais qu’est-ce qui nous attend après-après-demain ? Éléments de réponse. 

1. Les voitures voleront

Encore plus fort que le DS Citroën volante à bord de laquelle Fantômas s’échappe à la fin de Fantômas se déchaîne ! Les ingénieurs de la société Terrafugia planchent actuellement sur une voiture qui volera pour de vrai. Dotée d’hélices latérales lui permettant de décoller verticalement (à la façon d’un hélicoptère), la TF-X sera capable de voler à la vitesse de 320 km/h et à une altitude allant de 300 à 1 500 mètres au dessus du sol. Cerise sur le gâteau, il ne faudra pas plus de cinq heures de formation pour apprendre à manier cet engin mi-voiture, mi-avion.
(https://www.youtube.com/watch?v=wHJTZ7k0BXU)

2. Des cargos XXL sillonneront les mers

Le transport maritime de marchandises allant crescendo, son empreinte environnementale s’alourdit également… C’est pourquoi, d’ici à 2050, cargos et autres navires de marine marchande joueront la carte de la propulsion hybride. Dans le cas du Vindskip, c’est sa gigantesque coque (50 mètres de hauteur !) qui fera office de voile, et le fera voguer au gré du vent. Et si ce dernier vient à faiblir, ce sont alors ses moteurs fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL) qui prendront le relais. Combiner vent et GNL permettra au Vinsdkip de réduire sa consommation de carburant de 60 %. Et ses émissions de dioxyde de carbone baisseront de 80 %.
(https://www.youtube.com/watch?v=cZo33MQeFN4)

3. Des trains à très, très grande vitesse

Affichant une vitesse de pointe de 1 000 km/h, l’Hyperloop donnera des complexes à notre bon vieux TGV. Confortablement installés (enfin, c’est ce qu’on leur souhaite !) à bord de capsules en aluminium de 28 sièges reposant chacune sur des coussins d’air pressurisés, nos descendants seront propulsés à toute vitesse – en mode « boulets de canon » – dans d’interminables tubes d’acier. Développée par Elon Musk, l’homme derrière Tesla, l’Hyperloop mettra Marseille à 40 minutes seulement de Paris. Et Lille à 12 minutes à peine !
(https://www.youtube.com/watch?v=kYmqQiqUQ8I)

4. Les camions seront à géométrie variable

Les Russes élaborent actuellement des poids-lourds équipés d’un châssis extensible. Au moyen d’un système de soufflets, ces camions du futur seront capables d’étirer (de 8 à plus de 20 mètres) leur remorque à la façon d’un accordéon, adaptant ainsi leur capacité à la quantité de marchandises qu’ils transporteront. De plus, ces véhicules « modulables » rouleront à l’hydrogène. Par conséquent, ils n’émettront pas de gaz à effet de serre.

5. Des ailes volantes remplaceront les avions

Le temps du Concorde, cet avion de ligne supersonique qui transportait (à des tarifs prohibitifs !) une centaine de passagers est bel et bien révolue ! Dans une quarantaine d’années, la vitesse des avions importera moins que leur capacité de transport ou encore que leur consommation de carburant. Forts de ce constat, des scientifiques ont eu l’idée de Clip-Air, une gigantesque aile volante à laquelle seront arrimées trois capsules, de la taille d’un Airbus A320, soit un total d’environ 540 passagers par vol. Quant au kérosène, il sera remplacé par de l’hydrogène liquide, moins polluant.
(https://www.youtube.com/watch?v=jOlBMy8t8Ew)

Le point clé à retenir

Les transports du futur auront pour dénominateur commun :

  • une capacité de transport augmentée, 
  • une vitesse accrue, 
  • une consommation réduite
  • et un impact environnemental limité.

 

Par Xavier Beaunieux

Découvrez aussi...
Innovons : la Qommunauté