Le Pavé est un revêtement de sol révolutionnaire mis au point par SAS Minimum. Le concept ? Récupérer dans la nature des déchets plastiques puis les revaloriser sur du long terme et sous forme de revêtement de sol. Nous interviewons ici Marius Hamelot, jeune architecte à l’origine de cette idée.

Pouvez-vous présenter votre projet Le Pavé en quelques mots ?

Le Pavé, c’est un revêtement de sol composé à 100% de déchets en plastique. Ce plastique est récupéré dans la nature et à proximité des océans. C’est notre produit principal. Il est sur mesure et personnalisable et peut prendre n’importe quel aspect. 

L’objectif de SAS Minimum avec ce produit, c’est de valoriser les déchets sur le long terme et de sensibiliser sur le rapport que nous avons avec les déchets. Pour cela, nous jouons avec l’esthétisme du déchet. 

On hacke le système en quelque sorte. Nous  utilisons du plastique qui n’est pas vierge, comme le font les industries classiques. Nos déchets en plastique ont une histoire et ne sont donc pas aseptisés. SAS Minimum produit ainsi industriellement quelque chose d’aléatoire : les coloris du revêtement par exemple dépendent de celui du plastique que nous recyclons.

Quels sont les enjeux en termes de développement durable ?

Nous utilisons le déchet et nous le valorisons avec notre partenaire principal West and Hope, qui travaille en collaboration avec près de deux mille collecteurs de rue. Nous prenons le déchet à sa source. Notre objectif, par ce partenariat, est de développer l’économie locale de pays émergents en soutenant financièrement les collecteurs. Ils sont d’ailleurs rémunérés de manières à pouvoir subvenir à leurs besoin..

Notre système d’assemblage permet de rendre le plastique que l’on utilise à nouveau recyclable. Nous l’inscrivons donc sur un nouveau cycle sur le long terme. Nous privilégions son utilisation dans le secteur du bâtiment pour qu’il dure dans le temps – nous ne créons pas de produits jetables. Ensuite, nous proposons des offres de leasing pour récupérer le revêtement au bout de X années et le retraiter. C’est de l’économie circulaire.

Comment sont fabriqués ces revêtements de sol en plastique ?

Les plastiques récupérés sont triés par type et par couleur. Puis avec nos clients nous définissons des proportions. Ensuite le plastique est chauffé puis pressé, sans ajout d’adjuvants. 

En plus de sa valeur écologique par le recyclage, quelles sont les propriétés de ces « dalles » en plastique ?

C’est un bon revêtement acoustique, plus performant en la matière que le carrelage. Son usure et sa densité sont comparables à celles du bois, donc c’est un bon revêtement de sol.

Vous ne faites que des revêtements ou vous déclinez ?

Pour le moment, notre revêtement en plastique recyclé est toujours en phase de R&D. Nous sommes en train de l’améliorer en travaillant sur sa deuxième version. Parallèlement, nous proposons du mobilier : nous sommes en capacité de produire des plaques allant jusqu’à 2cm d’épaisseur, de quoi créer des plaques ou des pieds de chaise par exemple.

Avez-vous pensé à d’autres projets pour valoriser les déchets plastiques ?

Nos efforts sont vraiment centrés sur le revêtement en plastique pour le moment. Il y a déjà énormément de travail sur ces produits !

Merci à Marius Hamelot pour cet échange. La Qommunauté vous imagineriez quels nouveaux produits avec Le Pavé ? 

Découvrez aussi...
Innovons : la Qommunauté