Julia, 23 ans, est étudiante en communication à Lyon. Depuis sa venue dans l’hexagone il y a 4 ans,  elle vit en résidence universitaire du Crous. Passée par Les Gazelles d’Aix-en-Provence, la Cité U Lucien Cornil à Marseille et enfin la Résidence pour la Réussite Parc Blandan à Lyon, l’étudiante nous livre ses retours d’expériences.

Qo : Bonjour Julia, peux-tu nous dire ce qui t’as poussé à aller vivre en résidence U ?

Julia : Il y a tout d’abord un aspect financier parce que vivre en cité U c’est relativement économique. Les charges sont comprises et il n’y a pas de problématique de taxe d’habitation. C’est tout bête, mais ça peut ruiner une vie étudiante ! Les cités U, c'est aussi facile d'accès pour moi au niveau de la remise des clés : il n’y a pas trop de surprises dans les chambres, pas de mobilier à acheter, etc.

Et puis le cadre étudiant est favorable. Durant mes 2 premières années universitaires, j’ai passé beaucoup de temps toute seule alors que j’étais entourée d’étudiants. Au bout d’un moment, il faut bien se réveiller ! Nous sommes tous ensemble alors pourquoi ne pas faire des choses ensemble ?

Peux-tu nous en dire un peu plus sur cet esprit communautaire ?

Mes deux premières cités U avaient des cuisines communes. Point positif : on rencontre les voisins et on partage des choses ensemble. À la cité U Lucien Cornil à Marseille par exemple, on avait une salle de loisirs où on pouvait installer un terrain de badminton ! Il y avait aussi un piano, un billard, un babyfoot et autour de tout ça… l’apéro ! 

L’esprit communautaire, c’est aussi l’entraide, pour les déménagements par exemple : descendre les cartons, s’entraider pour laver les chambres avant l’état des lieux...

Parfois seulement, ce côté « vie en communauté » peut poser problème, notamment au niveau du respect des lieux de vie commun. Quand quelqu’un laisse la cuisine sale par exemple, ce n’est pas agréable de tout nettoyer derrière avant de pouvoir cuisiner.

Et comment se retrouve cet esprit dans la conceptuelle Résidence pour la Réussite Parc Blandan ?

La résidence où je suis actuellement est effectivement plus spéciale. C’est un dispositif particulier où des étudiants en troisième année de licence (ou au-delà) encadrent des étudiants en première année post-bac.

Le tutorat n’est pas que scolaire bien sûr, il s’inscrit aussi dans la vie quotidienne et ne se cantonne pas à la vie dans la résidence. En octobre par exemple, nous sommes allés à la patinoire dans ce cadre. C’était la première fois de ma vie que je mettais les pieds sur la glace et finalement j’ai appris à ne pas tomber grâce à ma « tutorée ». J’ai l’habitude d’aller voir des matchs de football féminin, j’ai donc un jour motivé ma filleule pour aller voir le match OL/PSG au Groupama Stadium de Lyon. C’est un bon souvenir.

Cette résidence, c’est une ancienne caserne. L’aménagement est fait pour que l’endroit ne soit pas seulement universitaire, mais aussi vivant : les couleurs, les tables design, les plantes… Les cuisines sont intégrées aux chambres, donc nous ne nous retrouvons pas autour d’un repas, mais la logique de tutorat pousse à réaliser des activités ensemble.

As-tu des bons souvenirs à nous raconter de ta vie en cité U ?

Un de mes meilleurs souvenirs, c’est le début de mes rencontres à la résidence U Lucien Cornil. J’étais en train de déprimer, on m’a dit « viens manger au troisième étage ! ». Au départ j‘ai refusé l’offre plusieurs fois puis j’ai fini par accepter. Finalement j’ai bien fait, car j’ai pu rencontrer beaucoup de jeunes qui sont aujourd’hui de très bons amis. 

Nous nous retrouvions parfois pour manger ensemble à Cornil. Nous mangions avec les Italiens, on écoutait des morceaux de guitare et on s’échangeait des musiques. Les repas, c’est aussi les débats autour des petits sujets parce que malgré les différences linguistiques avec les Erasmus, on arrive à construire des dialogues. Ce sont ces échanges qui rendent nos rencontres en cité universitaire assez riches parce que finalement on apprend de l’autre comme ça.

Les bons souvenirs, c’est aussi tous les anniversaires qu’on a fêtés, les moments en salle de travail où l’on apprenait ensemble et où on partageait de bons moments pendant les pauses…

Nous nous sommes un jour organisé un voyage en Corse depuis la cité. Nous avons préparé l’excursion à la cité, parfois dans les chambres, parfois dans les salles de travail ! Et nous avons aussi organisé un road trip dans le Verdon avec les Erasmus. Nous avons loué une voiture sur Drivy et nous sommes partis dans le Verdon. Je conduisais avec Patrizia, une Italienne, en copilote. Nous avons eu des problèmes de communication, mais nous avons quand même atteint notre objectif *Rires. Nous nous sommes arrêtés dans les champs de lavande, nous avons visité le magnifique village de Moustiers-Sainte-Marie, nous avons campé, randonné… Je me rappelle de ce moment où nous contemplions le lac Sainte-Croix. Nous savions à ce moment que tout le monde allait bientôt quitter la cité U, notamment les Erasmus pour rentrer dans leur pays. Je regardais le lac et au fond de moi j’anticipais la difficulté du moment où nous allions nous séparer. Mais nous savons que nous allons nous revoir et aujourd’hui, ça donne des points de repère un peu partout en Europe !

Je pense aussi aux sorties que l’on s’organisait à Marseille. Au quartier de la Plaine et à la plage aussi ! Allez hop, on se motive, on prend deux trois raquettes, un ballon, et on va s’amuser jusqu’à la tombée de la nuit. Pour ça, habiter à Marseille c’était génial. Si on avait envie de bouger, alors on s’organisait et on le faisait, tout simplement.

Merci Julia pour ton témoignage ! Nous te souhaitons donc une bonne continuation en résidence U et plein de nouvelles rencontres !

Découvrez aussi...
Innovons : la Qommunauté