En plus de la piézoélectricité, les routes pourront bientôt générer de l’énergie verte en transformant l’énergie « insufflée » par les voitures. Antoine Leblanc, étudiant en ingénierie, a en effet bâti le concept de lampadaires qui fonctionneraient grâce au souffle provoqué par le passage des voitures. Ces lampadaires portent le nom d’« Heolios ».

L’idée ingénieuse est venue à Antoine Leblanc lorsqu’il a « été frôlé par une voiture et [a] été surpris par le souffle provoqué par son passage », a-t-il expliqué à Mr. Mondialisation en mai 2018. Il a alors estimé l’importance que pouvait représenter cette énergie si on parvenait à la récupérer.

Comment fonctionnent les lampadaires écologiques Heolios ?

Un véhicule en mouvement déplace de l’air avec intensité : une voiture qui se déplace à 100 km/h génère un souffle d’environ 1 kW. Dans ce projet, le déplacement d’air actionne les éoliennes présentes à la base du lampadaire, lui-même placé au bord d’une route. Le lampadaire est de surcroît équipé de panneaux solaires qui s’ajoutent à la production d’électricité verte.

Durant la journée, toute cette énergie est ensuite emmagasinée dans une batterie dans le pied de chaque mat. Et toute la nuit, le lampadaire peut alors éclairer les routes. Le surplus d’énergie électrique est redirigé vers d’autres lampadaires, vers les aires d’autoroute ou bien encore vers les bornes de rechargement de véhicules électriques - et la boucle est bouclée !

Antoine Leblanc, initiateur du projet, voit également très bien son produit installé près des voies ferrées - TGV, tramways, métros…

De fortes économies énergétiques et financières réalisées grâce à Heolios Roads

Selon Heolios Roads, 85 000 t de CO2 sont rejetées chaque année dans l’atmosphère pour générer l’électricité qui alimente l’éclairage public français. La facture d’électricité atteint ainsi plus de 450 millions d’euros par an. Et d’après l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (l’ADEME), la consommation totale d’électricité engendrée par l’éclairage public français atteint 56 TWh. L’ADEME explique d’ailleurs que « la maîtrise de l’éclairage public est une source importante de réduction des consommations électriques ». Les lampadaires Heolios pourraient être une belle solution : d’après des premiers calculs, ils pourraient chacun générer jusqu’à 12 kW par jour.

La solution ne prend pas encore bien en compte le problème de pollution lumineuse, qui porte un fort impact sur la flore, la faune et la fonge - règne des champignons. Mais elle pourrait être couplée avec d’autres solutions. Il pourrait être possible de les équiper de capteurs de mouvements pour qu’ils s’allument uniquement lorsqu’il y a un passage par exemple. Et vous, avez-vous de belles idées pour améliorer le projet d’Antoine Leblanc ? Partagez-les nous en commentaire !

Découvrez aussi...
Innovons : la Qommunauté