Fini le bureau fixe, place au flex office !

30/04/2018

La nouvelle tendance des bureaux partagés, ou « desk sharing », séduit de plus en plus d’entreprises, même parmi les grands groupes avec Danone, Bouygues Telecom. Le flex office, c’est renoncer à attribuer un poste de travail fixe à chaque employé. En échange, l’entreprise met à disposition des espaces de travail souples et des bureaux virtuels. Avantages pour l’employeur : moins de frais fixes (plus question de payer un poste vide) et une culture d’entreprise dynamique. Avantages pour les employés : moins de monotonie, moins de cloisonnement et plus de souplesse.

Pour découvrir concrètement ce qu’est le flex office, nous avons interviewé Jérôme Picard, cofondateur d’AFD.TECH. La société de conseil en ingénierie qui intervient sur des projets de conception, d’évolution des systèmes d’information et des réseaux des grandes entreprises a récemment adopté ce système novateur.

Qo : Présentez-nous votre entreprise en quelques mots…

J.P : Hartwood est un groupe de conseil en ingénierie et en innovation. Notre particularité est d’être un groupe multispécialiste qui réunit au total 7 filiales, chacune experte dans leur domaine. Nous comptons sur 1300 consultants, en France, en Belgique, au Luxembourg et au Maroc et de nombreux clients grands comptes comme Bouygues Telecom, SNCF ou encore ENGIE. Créé en 1998, AFD.TECH est la filiale historique du groupe, spécialisé dans les domaines des réseaux, data et télécom.

Ce sont plus généralement les start-up qui sont avant-gardistes dans les systèmes alternatifs. Malgré l’ancienneté d’AFD.TECH, vous êtes ouverts à l’innovation : vous avez tout récemment transformé vos bureaux en flex office.

AFD.TECH fête ses 20 ans. On est un grand groupe, on a la stabilité et l’expérience, mais on garde l’esprit entrepreneur et start-up ! Pas question de s’endormir, on reste créatif, agile, inventif ! Notre valeur ajoutée, c’est l’innovation, c’est ce que viennent chercher nos clients. Alors en interne aussi, on anticipe, on teste, on innove ! Pour nous l’innovation, ce n’est pas uniquement dans le domaine des bureaux, on veut proposer des expériences à nos collaborateurs, développer le team spirit, leur bien-être ! Le point de départ, ça a été d’innover dans nos espaces de travail.

Qu’est-ce qui vous a poussé à transformer vos locaux en flex office ?

L’étape 1 de ce changement, ça a été le lobby en 2017. Dans notre QG sur les Champs-Élysées, on a créé un lieu de vie ouvert à tous, aux collaborateurs du siège, mais aussi et surtout aux consultants. On voulait en finir avec cette idée du consultant isolé chez le client. Avec le lobby, l’idée était de créer un lieu qui nous permet de partager des moments et des expériences, tous ensemble. Dans cet espace, on y retrouve des canapés, un social wall, table de ping pong et table de réunion… On y organise très souvent des events comme des cours de self-defense, des talks avec de grands sportifs, des tables rondes, des afterworks… On y vient pour travailler, échanger, s’inspirer ! Ce n’est pas une cour de récré, c’est un vrai espace de cohésion. Face au succès, on a décidé d’étendre le concept de flex office à tous les bureaux en 2018.

On a imaginé un espace de travail innovant, lumineux, fluide ! Plus de bureaux fixes, on bouge, on échange. On voulait proposer un espace de travail et permettre des façons de travailler différentes. On veut offrir aux collaborateurs un cadre de travail innovant pour libérer les potentiels de chacun. Les attentes des collaborateurs évoluent et nous aussi !

Avez-vous déjà perçu des changements depuis la transformation de vos bureaux ?

C’est encore tout frais, les travaux ont terminé fin janvier. Nos collaborateurs sont jeunes, digital native, ils aiment les expériences nouvelles. Ils ont le goût pour le changement, ils sont agiles. Il y a donc enthousiastes. Il y a aussi des collaborateurs que cela perturbe. On est très attentif aux retours. Le projet n’est pas figé. Il va évoluer !

Il y a un débat courant sur la thématique du « boulot » qui se mélange de plus en plus à la vie privée. Ne craignez-vous pas qu’il n’y ait plus cette rupture entre le travail et la vie privée chez vos collaborateurs ? 

Je pense que les horaires définis « on commence à 9h et on finit à 17h », c’est fini. C’est juste une évolution normale. Le flex office n’est peut-être pas adaptable à tous les corps de métiers, mais pour nous c’est parfait.

Pensez-vous que le concept du flex office va se démocratiser ?

Le flex office est en train de se développer énormément. Je discutais récemment avec des dirigeants de grosses sociétés. Ils me disaient que tous leurs départements innovants, composés de jeunes collaborateurs dynamiques, s’orientaient vers ce genre de modèles flexibles de travail.

Proposez-vous à vos collaborateurs d’autres systèmes de management alternatif de ce type ?

On innove à tous les niveaux ! On innove dans l’espace de travail, mais aussi, et c’est très lié, dans la culture d’entreprise : événements, talks, master class et on prépare quelques projets très funs pour 2018. On innove aussi dans le système de management : en septembre, on a mis fin au management à l’ancienne chez AFD.TECH. Depuis on fonctionne en squads, de petites équipes agiles et légères, où chaque collaborateur est libre, responsabilisé et moteur !

Le collaborateur gère ses objectifs, ses projets, il se forme et révèle son potentiel. Il n’est plus collaborateur, il est intrapreneur.

On développe ainsi la culture de l’entrepreneuriat… jusqu’à incuber des projets en interne, avec des collaborateurs, ou des stagiaires qui sont devenus associés et à la tête de leur propre filiale aujourd’hui !

Qu’en pensez-vous ?

Vous devez être connecté pour accéder à ce formulaire.